L’aide alimentaire au sein des Centres d’Action Sociale Globale

Mahinur Ozdemir interpelle le Ministre en charge de l’aide aux personnes au sujet de l’aide alimentaire au sein des Centres d’Action Sociale Globale

Voilà déjà plus de 14 ans qu’un décret de la Commission Communautaire Française a institué les Centres d’Action Sociale Globale. Ces centres ont pour mission de venir en aide gratuitement aux personnes isolées, aux familles ou aux groupes d’individus qui leur font appel. Mais ce n’est qu’en 2009 que la Commission Communautaire Française conjointement avec la Commission Communautaire Commune se sont saisies de la problématique de l’aide alimentaire et ont commencé à co-financer un poste de travail pour la coordination de la Concertation Aide Alimentaire, portée et hébergée par la Fédération des Centres de Service Social.

Notons qu’environ 40.7% des denrées alimentaires qui sont distribuées par la Banque alimentaire proviennent d’un programme européen appelé le PEAD (programme européen d’aide aux plus démunis) qui a été lancé en 1987. En 2011, les CPAS sont devenus, plus que jamais,  la pierre angulaire du système de distribution des denrées alimentaires fournies par l’UE. Les associations d’aide alimentaire sont désormais obligées de passer par les CPAS pour déterminer les personnes qui peuvent ou non bénéficier d’une aide.

Néanmoins, l’aide alimentaire génère des coûts importants pour les associations, sans qu’aucun financement, ni aucune contrepartie ne soient prévus. C’est  pourquoi il serait souhaitable que des collaborations toujours plus larges et plus systématiques soient mises en place entre les CPAS et les associations sous forme d’aide financière, d’aide matérielle ou encore sous forme de mise à disposition de personnel ou d’achats groupés.

La députée Mahinur OZDEMIR souhaite savoir si des collaborations sont prévues pour soutenir les associations d’aide alimentaire dans leurs démarches avec les CPAS tel que prévu par la déclaration de politique générale. Elle demande si des actions concrètes on déjà été mises en places et, le cas échéant, quels sont les  premiers résultats.

Le Ministre est conscient des coûts élevés générés par l’aide alimentaire. Il affirme que des collaborations larges et systématiques ont lieu entre les CPAS et les associations.

De plus il nous apprend que des pistes sont actuellement proposées par le Bureau d’intervention et de redistribution belge, dans le cadre du Programme Européen d’Aide aux Démunis. Le ministre nous confie également qu’une concertation aide alimentaire est actuellement en train de répertorier l’ensemble des services d’aide alimentaire, mais aussi d’étudier leurs pratiques de collaboration avec les CPAS qui proposent ce service.

Communiqué de presse du 16 mai 2011