Le Budget d’assistance personnelle devrait être universalisé.

Le budget d’assistance personnelle (BAP) est destiné à la personne handicapée afin de lui permettre de se maintenir dans son milieu de vie ordinaire, d’organiser sa vie quotidienne et de faciliter son intégration familiale, sociale et, ou professionnelle.

Durant la législature passée, le groupe cdH a interrogé à plusieurs reprises sur les avancées du Budget d’Assistance Personnalisée (BAP) et sur l’implémentation et l’universalisation du projet à Bruxelles.

Dans plusieurs pays d’Europe, le principe du BAP est d’application. En Belgique, la Région Flamande dispose déjà d’une législation en la matière. En Wallonie, on a expérimenté le dispositif depuis juin 2004 et actuellement, la Région Wallonne dispose de textes légaux définitifs.

A Bruxelles, l’expérience pilote est toujours en cours. Après deux années de test, la légitimité des besoins des personnes handicapées et/ou de leurs familles est incontestable. Par ailleurs, les indicateurs statistiques des autres régions du pays montrent le rôle accru et l’importance du BAP. En Flandre, on est passé de 665 bénéficiaires en 2005 à 1800 en 2009. En Wallonie, on passe d’une expérience pilote de 8 personnes en 2005 à 75 bénéficiaires aujourd’hui.

D’après ces constats, Mahinur Ozdemir a interpellé les ministres en charge sur plusieurs points. A savoir quelles étaient les performances du BAP, quels étaient les effets directs et les impacts indirects du projet pilote et si on pouvait déjà estimer l’efficience du BAP afin de dégager la tendance et donner un signal au public cible.

Enfin, Mahinur Ozdemir a demandé quand est ce qu’enfin, la Commission communautaire commune comptait universaliser le projet pilote.

Mahinur Ozdemir estime que la Ministre exerçant la compétence a en partie répondu à la question, notamment en mettant en exergue la difficulté de trouver des prestataires fiables et de qualités, engagés entre autres par le système des titres services qui se révèle inadéquat. La Ministre a également souligné sa volonté de poursuivre le projet tout en pointant divers obstacles empêchant sa pérennisation. Notamment à cause des besoins budgétaires que cela nécessiterait.

Communiqué de presse – 28 mai 2010